La passion à l'échelle de l'histoire


 
AccueilPortailCalendrierFAQS'enregistrercarteConnexionGroupes

Partagez | 
 

 J'ai Lu ...leur aventure

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
AuteurMessage
JC Carbonel
Pilier de comptoir


Nombre de messages : 1850
Date d'inscription : 28/08/2007

MessageSujet: Re: J'ai Lu ...leur aventure   Mar 24 Oct 2017, 19:48

Partisans d'Ukraine vol 1+2 par A. Fedorov ref. A125 et A126/127

Ouvrage fort intéressant car c'est l'un des premiers que je lis sur la Guerre à l'Est vue du côté soviétique (ouvrage publié en France en 1951 alors que Josef Staline était encore vivant).

Plusieurs axes d'analyse :
- la Russie des années 30
- la vision soviétique du monde et de la guerre
- les partisans
- l'idéologie peut rejoindre la bêtise

Russie des années 30 : l'auteur (il était "secrétaire du comité régional" ce qui semble être un rôle semblable à celui de député ou conseiller régional dans l'organisation soviétique)insiste peu sur les infrastructures, manifestement on est à la campagne, pas de voiture (celle "de fonction" de l'auteur est une...Buick), des camions utilitaires, des tracteurs, quelques téléphones, peu de radios ...la presse n'est pas citée) et surtout sur l'organisation soviétique supérieure à tout autre! Si il y des kolkhozes, chaque paysan a aussi son petit cheptel propre avec quelques vaches, cochons et volailles. Tout le monde n'est pas communiste, et au contraire c'est un honneur de l'être (les responsables communistes sont décrits comme devenant des conseillers pour la population) et on y rentre par co-optation. Et les vieilles dames continuent de faire le signe de croix en cas d'évènement triste.

La vision  soviétique : les Allemands sont les "Allemands", pas les "hyènes fascistes" ou les "boches" mais ils sont détestés par tous les "hommes soviétiques". En fait peu de politique mais plutôt un nationalisme qui semble proche de celui que nous pouvions avoir en 1914. Un aspect bizarre c'est que l'organisation soviétique locale avait préparé la résistance avant la guerre, avec  caches d'armes et de nourriture dans les forêts. Par contre la formation à l'action subversive est totalement manquante : on a donc toute l'infrastructure administrative qui prend le maquis et qui se demande bien comment mettre en place l'organisation requise et finit par se rabattre sur des officiers de l'Armée Rouge qui se sont évadés (ou plutôt ont évité la capture). A noter un attachement sentimental de l'auteur à ...sa carte de membre du parti qu'il doit enterrer avant de prendre le maquis (au cas où il serait capturé)

partisans : grande distinction entre "partisans" = organisation paramilitaire dans le maquis versus "résistants" qui restent intégrés à la population. Le rôle des partisans est purement offensif...sabotage, attaques sur des convois, des postes de police, des maires "traitres" (collabos)...l'action de renseignement existe très peu (transmettre des renseignements apparaît page 264 du 2e volume !). Les femmes sont admises dans les partisans si elles savent se battre et ...faire la cuisine et la vaisselle! Et si elles sont bonnes chanteuses c'est encore mieux! Lorsqu'on leur parachute des containers ceux-ci contiennent armes et nourriture, mais aussi Pravda et...caviar!


bêtises : quelques anecdotes citées par l'auteur : alors que un groupe de partisans arrive devant une rivière qu'il doit traverser pour rejoindre un camp de partisans de l'autre côté; une camarade qui a des talents d'oratrice invective un groupe de femmes en train de reconstruire un pont détruit lors de l'invasion, arguant qu'en reconstruisant le pont, elles travaillent pour l'occupant. Convaincues, les fermières se mettent à détruire la passerelle en bois qu'elles avaient presque achevée et les maquisards doivent traverser...à gué (on croirait le Coyote de Bip-Bip). Un maquisard avait son grand-père à la ville qui servait de traducteur (pour la Kommandantur) à la ville, et se rendait à la ville une fois par semaine pour le voir.Plutôt que d'essayer d'utiliser cette configuration intéressante pour obtenir des renseignements, le maquisard est soupçonné d'espionnage !!!
Les différents camps de maquisards décident de coordonner leurs actions : il faut donc se réunir pour faire une commission et étudier le sujet. Après avoir sélectionné une grange dans un village, les maquisards se réunissent et commencent la réunion en ...déployant un grand portrait (affiche) de Staline.
Pour interroger les prisonniers, les maquisards faisaient exprès de parler en mauvais allemand pour ne pas ressembler à leurs captifs.
Ayant récupéré la cantine d'un officier allemand remplie d'uniformes et de documents, l'auteur est uniquement intéressé par ...l'album photo de l'officier en particulier une photo montrant l'allemand avec d'autres officiers, nus dans des poses que la morale réprouve ! (par contre s'emparer des uniformes pour faire des "coups" et étudier les documents pour en tirer des renseignements ne semble pas l'effleurer.

Quelques points techniques :
une voiture de marque "MI" (industries de Moscou??)
un avion allemand "Rama" (probablement un Storch ou un Fw 189)
les allemands bombardent des villages (habités semble-t-il) pour l'entrainement et les maquisards récupèrent les bombes non explosées (pour les explosifs)

Très recommandé !
Revenir en haut Aller en bas
Saiun
Pilier de comptoir
avatar

Nombre de messages : 4393
Age : 43
Localisation : Longueville sur Scie(76) mes racines et Ivry(94) boulot, Palaiseau(91) Dodo, Dieppe(76) et Châlons(51) pour les clubs, Montbrisson(42) pour la belle famille et le reste de la france pour les potes!
Humeur : En ce moment, Mi figue, Mi patate, Mi graine... Et encore là, je suis positif...
Date d'inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: J'ai Lu ...leur aventure   Mer 25 Oct 2017, 11:26

Depuis 1935 et 1936, l'Ukraine avait subi des purges notoires... Opposants supposés, intellectuels, "ethnies" indésirables...

Et Fedorov faisait parti des "Purgeurs"... (a moins que ce ne soit un homonyme, mais s'il avait été un réel intellectuel écrivain, il aurait fait parti de la razzia...plusieurs dizaines de milliers de mort...)

Un autre Fedorov, mais Oleksiy celui là, résiste durant le seconde guerre mondiale et devient un héro de l'Ukraine après guerre... Alors Alexei? un prête nom?

L'histoire ne se reproduit pas, elle bégaie...
Revenir en haut Aller en bas
JC Carbonel
Pilier de comptoir


Nombre de messages : 1850
Date d'inscription : 28/08/2007

MessageSujet: Re: J'ai Lu ...leur aventure   Mer 25 Oct 2017, 12:01

Il ne fait aucun doute pour moi que le A. Fedorov est un stalinien bon teint. Ce qui me marque dans ce livre c'est qu'à aucun moment il ne se pose de question sur les anecdotes qu'il cite (sauf celle du pont où il indique avoir fait une remarque sur le fait de réserver les capacités d'oratrice de la camarade à après la traversée du pont). Mais il y a aussi des choses qui doivent être liées à "l'âme slave" et qui sont difficile à comprendre (l'obsession des "traitres" chez les partisans me parait difficile à concilier avec le fait que tout le monde dans les villages alentour semble savoir comment rejoindre le camp des partisans pour qui demander comment s'engager ou qui offrir des victuailles) pour moi.
Après avoir lu ce livre, je comprend mieux le sentiment non seulement de dureté (climatique, conditions de vie, combats) que le Front de l'Est pouvait avoir pour les Allemands, mais aussi "l'aliénitude" que pouvait présenter ce front pour eux. Pour la même raison  j'aimerais bien lire un livre sur la guerre du Pacifique vécue par un Japonais et racontée à l'époque (avant que le politiquement correct ne règne).
JCC
Revenir en haut Aller en bas
fifi2200
Troufion
avatar

Nombre de messages : 145
Localisation : GRENOBLE
Humeur : Entre Internet, les mangas, les maquettes, les figurines.....j'ai plus une minute à moi !
Date d'inscription : 01/03/2017

MessageSujet: Re: J'ai Lu ...leur aventure   Mer 25 Oct 2017, 14:08

Bonjour.
Je découvre ce sujet...Les "J'ai lu...LA", j'ai lu tous ceux que la bibli du collège possédaient quand j'étais gamin (il y a 45 ans !). Depuis, j'en ai retrouvé quelques-uns chez un bouquiniste, à divers prix : Soldat de l'Afrika Korps, Mon sous-marin l'Unbroken, U977, et surtout, Le Grand Cirque.
Chez tous, peu de précisions, beaucoup de souvenirs, le meilleur à mon sens étant Le Grand Cirque de Clostermann, le plus vivant car celui qui fait vraiment comprendre que la guerre, c'est la peur (ce qui est généralement absent de la majorité des autres que j'ai pu lire).
Fin du HS.

L'obsession des "traîtres" se comprend dans un pays qui a subit une révolution qui a dégénéré en guerre civile, avec en même temps une guerre russo-polonaise, des volontés d'indépendance de certaines régions (Ukraine, pays baltes, Biélorussie...), des purges à répétition à grands renforts de procès staliniens, une industrialisation à marche forcée, une collectivisation forcée, de 1917 à 1941 - tout cela en 24 ans, c'est-à-dire très peu de temps.

Les caches d'armes et de nourriture avant la guerre, pourquoi pas, "au cas où..." si les indépendantistes ou d'autres tentaient de reprendre le pouvoir (nouvelle guerre civile ?) - dans L'aveu, l'auteur (Artur London) explique bien que le parti - et ses membres - sont entraînés à la clandestinité, après avoir été pourchassés dans pratiquement tous les pays avant-guerre.

Pour la dureté du Front de l'Est, le bouquin de Guy Sajer la dépeint très bien (mais il y a beaucoup de choses à prendre du bout des doigts dans son bouquin qui pue quelque peu l'anti...sémitisme, communisme, étranger, voire même français ).

Les allemands bombardant des villages pour l'entraînement...m'étonne même pas.
J'ai lu tellement de choses dégueu sur le comportement allemand à l'Est, que le retour de bâton qu'ils ont pris à partir de 44 me paraît "normal" (je n'ai pas dit excusable) - il y a eu un Oradour en France, combien à l'Est ?

Pour la guerre du Pacifique, je n'ai pas souvenirs d'avoir lu quelque chose de très contemporain écrit par un japonais, sinon un livre écrit par un ancien kamikaze (je n'ai plus ni le titre ni l'auteur) qui me semble bien cadrer avec ce que j'apprends (ou tente) sur la mentalité japonaise.
Mais il y a un film à voir absolument sur cette période : Feux dans la plaine.

Fifi
Revenir en haut Aller en bas
fifi2200
Troufion
avatar

Nombre de messages : 145
Localisation : GRENOBLE
Humeur : Entre Internet, les mangas, les maquettes, les figurines.....j'ai plus une minute à moi !
Date d'inscription : 01/03/2017

MessageSujet: Re: J'ai Lu ...leur aventure   Jeu 02 Nov 2017, 14:15

JC Carbonel a écrit:
Mon sous-marin l'Unbroken par Alastair Mars ref A32

Là on revient à un ouvrage écrit par celui "qui y était". Mars était le commandant du sous-marin britannique l'Unbroken durant sa campagne en Méditerranée (pas de dates données mais on comprend qu'il s'agit de l'année 1942). Bon bouquin sur l'ambiance à bord d'un s/m britannique avec au de-là des missions de torpillage classique, plusieurs missions de dépose d'agents saboteurs et même plusieurs attaques de...trains italiens (au canon là où la voie suit la côte! n'empêche c'est curieux).
Quelques points à retenir :
...
Le Alastair Mars n'a pas forcément l'éthique qu'on attendrait aujourd'hui : il est coléreux et "passe sa colère" sur ses subordonnés, il a l'air très chatouilleux sur la discipline à bord (un gigot disparait dans la cambuse : hop plus de viande pour l'équipage tant que le gigot n'a pas été rendu), il "noie ses soucis dans l'alcool" (à terre quand même) (page 330) et plus ennuyeux : "[les matelots du poste des torpilles] ont deux panneaux au-dessus d'eux : le panneau avant qui sert à l'embarquement des torpilles et le panneau d'évacuation. ... Sur mon ordre le dernier est solidement coincé par l'extérieur. Personne ne pourra l'utiliser pour s'échapper : nous irons au fond ou nous ferons surface ensemble" (page 284-285). Bloquer volontairement une issue de secours pour garantir que ses gars combattent jusqu'au bout ? voilà un comportement plus digne d'un Nazi d'Hollywood que d'un officier britannique je trouve !! Ce d'autant qu'à aucun moment il n'a fait mention de problème avec son équipage!

Conclusion : intéressant à deux niveaux : pour la vie et les opérations d'un s/m britannique et pour l'état d'esprit d'un officier britannique lorsque ce livre a été écrit (1950)(ce que je veux dire c'est que l'affaire du panneau bloqué c'est une action qui peut s'envisager -sans l'approuver- en temps de guerre, il est plus curieux de l'afficher dans ses souvenirs, cinq ans après la fin de la guerre.

Fait partie des 4 que j'ai acheté il y a quelques temps.
Effectivement, comportement très curieux de la part de cet officier, très loin des images que nous laissent le cinéma ou la littérature.
Une autre anecdote qui m'a frappé : la traversée des champs de mines. On coupe les détecteurs parce que de toutes façons, autant y aller franco et parier sur la chance.
Je pense qu'il a surtout eu la chance que son équipage ne le balance pas à la flotte (ah non, ça ne se fait plus). Mais tout le bouquin m'avait donné l'impression que le type était plus ou moins irresponsable ou parano, en tous cas certainement pas un officier que l'on suivrait les yeux fermés (en 20 ans d'armée, j'en ai pas connu beaucoup, mais j'en ai connu quand même). Pas le genre de type intéressant, ni qui tient ses hommes pour...des hommes, justement, mais juste pour des subalternes (ce qui est moins qu'un subordonné à mon sens - le subordonné étant sous les ordres, le subalterne étant en-dessous, donc inférieur - et terne en plus  Very Happy !).

Le blocage des panneaux de secours me fait penser au Général Trenchard, commandant l'aviation britannique pendant la première guerre, qui interdit le parachute à ses pilotes pour éviter qu'ils ne fuient le combat (rapporté par Peter Townshend (pas le guitariste, le pilote) dans Un duel d'aigles - combien d'hommes cette décision a-t-elle tué ? et a-t-elle été indispensable à la victoire ? )

En comparaison, La mer cruelle de Nicholas Montsarrat m'avait paru beaucoup plus réaliste, tant au niveau des faits qu'au niveau des caractères (y compris celui du patron, exigeant mais juste, qui devient surmené, intransigeant et limite coléreux quand il devient patron de l'escorte - quand j'ai lu le livre {je devais avoir 15 ans} je voyais bien Gregory Peck dans le rôle, j'ai vu le film récemment, moins dur que le livre, mais bon quand m^me)
Revenir en haut Aller en bas
JC Carbonel
Pilier de comptoir


Nombre de messages : 1850
Date d'inscription : 28/08/2007

MessageSujet: Re: J'ai Lu ...leur aventure   Dim 03 Déc 2017, 15:32

Munich ou la drôle de paix par Henri Nogueres ref A191

500 pages pas très ...aventureuses mais lourdes de sens dans la comparaison des déclarations et des témoignages des uns et des autres. L'auteur Henri Nogueres était à la SFIO (le PS de l'époque) mais démissionna et demanda à lever son sursis d'étudiant pour partir au service militaire lorsque les accords de Munich furent conclus.
Le livre est remarquablement neutre et Chamberlain n'est pas le c...qui s'est fait b...par Hitler que l'on présente souvent. Par contre il est assez net que les opinions publiques Anglaise et Française ont une importante responsabilité dans les choix qui ont été faits à l'époque. Sortant de la 1e GM qui les avaient profondément marquées, elles ont refusé de "remettre çà" pour museler AH qui n'était alors qu'un petit roquet. A noter aussi que "la montée des nationalismes" qu'on évoque souvent dans l'histoire des années 30 est démontrée ici n'être qu'une manipulation de politiciens nazis.
Je n'ai pas fait de fiche de lecture pour cet ouvrage mais j'ai juste noté page 306 les "phrases retransmises par les stations [de radio] anglaises, belges....et la télévision suisse." Télévision suisse qui ne vera le jour que durant les années 50!
JCC
Revenir en haut Aller en bas
JC Carbonel
Pilier de comptoir


Nombre de messages : 1850
Date d'inscription : 28/08/2007

MessageSujet: Re: J'ai Lu ...leur aventure   Mar 19 Déc 2017, 22:20

3 septembre 1939 le dernier jour du vieux monde par Adrian Ball  ref A128/129

ce livre continue le précédent avec à peu près les mêmes acteurs. Très intéressant pour montrer les préparatifs de guerre des 3 parties : GB, FR, ALL. Bien qu'écrit par un Anglais, cet ouvrage n'est pas critique sur les Français, notant en particulier que les Français sont mieux préparés que les Anglais.
A noter quelques "armes secrètes" dont je n'avais jamais entendu parler :
-p74 : les Polonais sont censés disposer de 110 chars légers d'origine française (des RT? il me semble que des R35 ont été commandés, mais ont-ils été livrés??)
-p89 : l'industrie allemande est déclarée capable de transformer "le charbon en chocolat"...çà me parait pousser l'art de l'ersatz un peu loin
-p99 : des taxis londoniens transformés en véhicules de pompiers
-p286 : les bulletins météos interdits car considérés comme confidentiels!

mentionnons aussi quelques nouveaux acteurs : Franco (p299), Khroutschev (p307) , les Roumains -pro Français (p243), l'Afrique du Sud (qui hésite sur le côté à rejoindre p185)

Recommandé.
Revenir en haut Aller en bas
JC Carbonel
Pilier de comptoir


Nombre de messages : 1850
Date d'inscription : 28/08/2007

MessageSujet: Re: J'ai Lu ...leur aventure   Mar 19 Déc 2017, 22:26

La Fin du Graf Spee par Sir Eugen Millington-Drake ref A236

Pas de grande surprise ici : la bataille du Rio de la Plata racontée sur la base de témoignages d'anciens des deux camps...livre écrit par l'ancien ambassadeur britannique à Montevideo (qui sait donc de quoi il parle : il y était et avec un rôle important, du moins durant les derniers jours).
A noter l'annexe qui est un commentaire sur l'émission "les Dossiers de l'Ecran" durant laquelle fut diffusé le film "la Bataille du Rio de la Plata". Sir Eugen était invité mais ne put s'y rendre et répondit donc par écrit à Armand Jammot et aux télespectateurs (363 questions ont été posées)

Intéressant mais sans surprise.
Revenir en haut Aller en bas
JC Carbonel
Pilier de comptoir


Nombre de messages : 1850
Date d'inscription : 28/08/2007

MessageSujet: Re: J'ai Lu ...leur aventure   Ven 29 Déc 2017, 20:53

Les briseurs de barrages par Paul Brickhill ref A16

Encore du grand classique donc pas la peine de revenir sur l'histoire d'autant que c'est très bien raconté. Je peux juste noter que la préface est de Pierre Clostermann alors que la préface de l'édition originale anglaise et de "Tedder" (Maréchal de l'Air Arthur William Tedder, Baron, Grand Croix de l'Ordre du Bain, durant le D-day il était le second de Ike).
page 62 : le journaliste en technologie militaire français Camille Rougeron est cité...par le maire d'une ville allemande pour son livre "l'horreur des bombardements" (le titre exact est "l'aviation de bombardement" cf site sur Camille Rougeron
Guy Gibson, le héros de l'affaire, semble être encore un de ces officiers totalement insupportables (cf "mon sous-marin l'Unbroken" dans la même collection) qui "gueulent" pour un rien y compris pour ne pas respecter les règles (cas de la moto de Gibson rangée à l'encontre des règlements dans le hangar des avions p89), qui humilient leurs hommes (un mécano s'étant plaint à sa copine que les "appareils font du rase-mottes à vous briser les tympans"  fut "lynché" par Gibson pour avoir révélé un secret militaire ! (p88) qui expulse de son unité des WAAF enceintes (sans autre motif et sans vraie raison puisque sa mission devait durer à peu près 6 semaines) (p75)
il est fait référence à des "bombes anti-Zeppelin" inventées par le futur "Bomber Harris" en 1916. Je ne suis pas arrivé à valider l'anecdote mais Arthur Harris est crédité d'une victoire contre un Zeppelin en 1915 donc c'est plausible même si il ne devait pas y avoir beaucoup d'avions anglais de 1915 capable de voler plus haut qu'un Zeppelin pour le bombarder...
p151 il est fait référence à la Coupole et au V3.

un livre agréable à lire mais je soupçonne qu'il soit peut-être un peu "condensé" vu que la VF et la VO font à peu près le même nombre de pages alors que la langue française est connue pour faire 25~30% de "volume" que la langue anglaise.
****
Revenir en haut Aller en bas
JC Carbonel
Pilier de comptoir


Nombre de messages : 1850
Date d'inscription : 28/08/2007

MessageSujet: Re: J'ai Lu ...leur aventure   Sam 17 Fév 2018, 16:44

Stalingrad par Theodor Plievier ref A179

Comme ce n'est pas dit sur le livre lui-même, il s'agit d'un roman, basé sur des souvenirs de guerre recueillis par l'auteur (voir la partie biographique de cette note de lecture). Je n'étais pas très chaud pour le lire mais çà s'est passé comme çà : une amie m'a donné "Vie et Destin" de Vassili Grossman...autre roman basé sur des souvenirs (Grossman était correspondant de guerre pour "Etoile Rouge" le magazine de l'Armée Soviétique)  après l'avoir lu, je me suis un peu intéressé au cas Paulus et j'ai appris que sa carrière de "rassembleur Est-Ouest" que voulaient lui faire jouer les Allemands de l'Est durant les années 50 avait été tuée dans l'œuf par la publication à l'Ouest ...du livre de Plievier qui le dézinguait en règle. Donc me voilà à lire le bouquin en question.

Pour faire court : intéressant comme "témoignage" mais assez ennuyeux à lire:  il n'y est question que de la situation pourrie (y compris pieds pourris dans les hostaux et cadavres pourris le long des routes) des pauvres soldats allemands pris dans la nasse. Pas de scénario, on suit des gens qui essaient de survivre à Stalingrad (idem Grossman qui a lui aussi oublié qu'un bon roman repose aussi sur un bon scénario). Paulus n'est pas nommé (juste "le maréchal"). Seul personnage historique mentionné (à part "le Fuhrer") , Manstein.
Finalement j'ai craqué au chapitre 8 et je suis passé directement au dernier chapitre.
Quelques notes :
p71 "Chandelle Hindenburg" Il s'agissait en l'occurrence d'une mèche trempant dans un mélange de graisse animale solidifiée et d'alcool. je ne connaissais pas...a priori c'était plutôt comme son nom l'indique un objet de la 1e GM ...mais peut-être ré-inventé à Stalingrad?
p74 : les Po-2 de nuisance nocturne sont appelés "machines à coudre russes"
p83 : les prisonniers russes étaient vendus aux paysans allemands comme main d'œuvre. Donc une forme d'esclavage "civil" indépendamment des  camps et des grandes usines d'armement.
p125 : un groupe de panzer décrits comme des "scarabées bleu clair"...peut-être le gris panzer recouvert d'une fine couche de neige rend-il "bleu" à distance??
p159 : l'histoire se passe entre noël et février 43 et pourtant un personnage parle de se porter volontaire pour "une mission parachutée aux USA" ...rêve de Luft 46? déjà dans les années 50??
p161 : il est aussi évoqué le front d'Italie et les combats dans la plaine du Pô ...je croyais que le Pô avait été franchi au printemps...1945

Petit point de détail Plievier a eu une vie assez mouvementée : plutôt engagé à gauche, il émigre en 1933 lorsqu'Adolf arrive au pouvoir. Passé par Prague, Zurich, Paris et Oslo il finit par se fixer à...Moscou. Stalingrad est écrit en 1945 sur la base de témoignage de prisonniers de guerre allemands que Plievier avait été autorisé à interviewer. Mais au final son bouquin est censuré par le pouvoir soviétique et n'est publié qu'à Berlin (Est?) et à Mexico (à noter que selon le wiki sur Paulus, l'impact en Allemagne de l'ouest est plus tardif?). Plievier finit par passer à l'Ouest en 1948 et s'installe au bord du Lac de Constance. Il publie "Moscou" et "Berlin" deux autres ouvrages consacrés au front de l'est. il meurt en 1955...en Suisse.
Cette petite note biographique parait utile pour comprendre le livre qui apparait donc vraiment comme le pendant allemand du livre de Grossman...avec les mêmes vicissitudes vis à vis du pouvoir stalinien. L'un comme l'autre livres sont des ouvrages de dénonciation d'un régime totalitaire en guerre, ce qui doit expliquer que l'un et l'autre soient mal "passés" vis à vis des autorités soviétiques plus enclines à exalter le patriotisme qu'à dénoncer les horreurs de la guerre. Reste qu'un pamphlet de 566 pages (Plievier, le double chez Grossman) çà reste assez indigeste !
Revenir en haut Aller en bas
JC Carbonel
Pilier de comptoir


Nombre de messages : 1850
Date d'inscription : 28/08/2007

MessageSujet: Re: J'ai Lu ...leur aventure   Ven 16 Mar 2018, 12:27

Sorge l'espion du siècle par H.H. Kirst ref A140/141
et
le vrai Sorge par S. Golakov et V. Ponizovsky ref A223

J'ai regroupé les deux ouvrages car ils traitent du même thème : la vie de Richard Sorge, espion de nationalité allemande agissant pour le compte de l'URSS à Tokyo entre 1936(?) et 1941.
Deux livres d'autant plus intéressants à comparer que ce n'est pas le même Richard Sorge que l'on nous présente.
Dans le livre de Kirst (vision allemande donc notée HHK) Sorge est bagarreur, alcoolique, dragueur ...mais c'est un bon journaliste...qui ne cache pas ses opinions anti-nazies.
Dans le livre de Goliakov et Ponizovsky (vision soviétique donc notée SOV) Sorge est charmant, posé...et c'est un bon journaliste...qui passe pour un parfait nazi.
Difficile de réconcilier les deux. Même les personnages qui l'entourent ne sont pas les mêmes :
chez HHK son chef "Alex" vient lui rendre visite au Japon ... plusieurs fois. Dans la version SOV le "vieux" s'appelle Berzine et ne quitte pas Moscou. Dans HHK un personnage important est "Martina" la maitresse en titre qui n'apparait pas dans SOV. Seule apparait Anako (SOV)devenue Mitchiko (HHK) qui est sa compagne japonaise.
Autres personnages qui apparaissent dans les deux livres : Max Klausen (ami de Sorge, coordonateur du réseau) , Meisinger (ami de Sorge Colonel SS chef du service sécurité de l'ambassade d'Allemagne), Ozaki (conseiller du Prince Konoye, pacifiste, ami de Sorge)...
L'impression que j'en ai c'est que Sorge était un personnage du genre du James Bond des premiers films (et des romans) : gentleman mais porté sur les femmes et la boisson. HHK a forcé le trait pour le rendre antipathique alors que SOV a lissé cet aspect qui n'aurait pas été politiquement correct dans l'URSS des années 60. L'affirmation de HHK selon laquelle Sorge s'affichait comme anti-nazi parait une vue de l'esprit. Mais comme il est entouré à l'Ambassade d'anciens militaires (comme l'ambassadeur) tendance vieille Prusse cela va avec le côté "armée allemande entrainée à faire la guerre à l'insu de son plein gré" qui passait bien à l'époque en RFA.
Globalement et étonnamment, le livre soviétique me parait plus proche de la réalité de l'espionnage que celui de HH Kirst.

Quelques détails de chaque livre en commençant par celui des auteurs soviétiques :
- le nom de code de la mission de Sorge est "Ramzai" ce qui sonne très nippon (cf Banzai!) mais est en réalité ...rien (Google sort le nom d'un hôtel en Russie!)
- de nombreuses références au fait que tous les pays cités (USA, GB, Chine, Japon etc...) sont "unis par la haine contre l'URSS" ex page 60 : bel exemple de paranoia !
- très peu de référence à la Marine Japonaise et à l'option "Sud" (c'est à dire la guerre dans le Pacifique) : est-ce du à l'obsession des Soviétiques vis à vis d'eux-même ? ou Sorge est-il finalement un mauvais espion qui a raté le coche de Yamamoto ??? (on ne parle de la guerre aux USA qu'à la page 274 sur 309)
- page 114 : une référence à l'orchestre de jazz "Etoile Noire" qui ne peut faire sourire qu'après 1977!
- page 137 : l'assassinat du ministre français Barthou était en fait un accident (cf le wiki sur Barthou) : là aussi parano?
- page 170 : évocation d'un coup d'état râté de l'armée japonaise vers 1938 ? (il doit s'agit du putsch de 1936) j'ignorais cet aspect de la politique japonaise.
- a un moment donné Sorge est laissé seul dans le bureau de l'ambassadeur et en profite pour photographier des documents secrets (peut-être avec un Minox çà date de 1938) ...mais surtout il consomme une douzaine de pellicules (les pellicules de Minox faisaient 50 vues) Ca parait beaucoup compte tenu qu'il est resté au plus 30 mn seul !

le bouquin de Kirst :
Chaque chapitre de la vie de Sorge est précédé d'un commentaire sur l'espionnage en général et l'espionnage allemand en particulier qui est ... le meilleur. Kirst fait en particulier grand cas de l'affaire de "la Chatte" qu'il monte en exergue comme exemple de la réussite du contre-espionnage allemand. Il critique à l'inverse Canaris pour avoir "mené double jeu" ce qui "causa sa perte" (p56).

Bizarrement Kirst mentionne (p71) Agnès Smedley, décrite comme un espion soviétique et indique que Sorge reprocha à Ozaki de la fréquenter (épistolairement) parce qu'elle est femme et espionne communiste...alors que le wiki sur cette dame révèle qu'elle fut la maitresse de Sorge en Chine. Serait-ce une poussée de jalousie d'un ex- ??? Kirst fait dire à Sorge (et approuve) que l'espionnage est un métier d'homme, les femmes étant incapables de faire de bonnes espionnes faute de maitrise de leurs nerfs (p247). Dans cette logique Kirst cite pour la dénigrer la Fraulein Doktor de la 1e GM.
P210 Kirst cite aussi les persécutions dont furent victimes les allemands anti-nazis réfugiés en GB et aux USA et mets sur le compte de ces persécutions, certaines trahisons comme celles du savant atomiste Fuchs.

Deux livres bien différents donc, qui ne se complètent pas et sont intéressants...pour leurs divergences.
JCC
Revenir en haut Aller en bas
JC Carbonel
Pilier de comptoir


Nombre de messages : 1850
Date d'inscription : 28/08/2007

MessageSujet: Re: J'ai Lu ...leur aventure   Jeu 31 Mai 2018, 21:02

Un espion dans Rome par Peter Tompkins ref A86/87

Peter Tompkins était un journaliste reconverti agent de l'OSS pendant la guerre. Ayant passé une partie de son enfance en Italie, il fut envoyé à Rome au moment du débarquement d'Anzio pour préparer l'arrivée des Alliés à Rome.
Ce livre est son récit (journalistiquement réécrit et publié en 1962) de cette période. Pas beaucoup d'aventures car PT y apparait peureux et paranoiaque (ce qui peut être une qualité pour un espion mais là, sa défiance vis à vis des Français Libres, des Italiens co-belligérants, des autres OSS etc...finit par être un peu lassante.
Ce livre n'en est pas moins une intéressante description de la Résistance italienne (qui dans le genre concurrence entre les groupes d'obédience politique différente, tirage dans les pattes et tirage de couverture à soi, vaut bien la française. Faut dire que un "mouvement catholique communiste" on se demande un peu comment çà marche!) qui semble-t-il marche surtout au pognon : tous les agents (du parti socialiste italien télé-opéré par l'OSS) sont rémunérés pour les rissques qu'ils prennent!
A noter que comme les Russes (cf "partisans d'Ukraine") les Italiens sont décrits comme n'ayant aucun intérêt pour la phase renseignement.
A noter que durant les "couvre-feu parties" (c'est à dire parties qui débutent peu avant le couvre-feu pour que tout le monde reste jusqu'au lendemain matin : alcool et petites minettes à tous les étages dont on comprend que PT est un peu choqué au début), PT est très perturbé par le fait qu'une des filles ramène son petit ami, un officier allemand ce qui est pourtant la couverture parfaite.
PT a beau avoir peur dès qu'il croise un allemand (tous qualifiés de SS) , il n'en rédige pas moins un journal de bord qui mentionne son activité pour l'OSS et se ballade avec un tampon encreur de l'OSS !!!!
PT est troublé aussi par un rendez-vous au cimetière de Verrano qu'il compare à Dachau !

il est fait mention (p21) d'un ingénieur en électronique expert en fusées... j'ignorais que les Italiens avaient trempé dans ce genre choses.

En conclusion : un livre un peu bizarre par la personnalité de son auteur mais très instructif sur l'ambiance dans la résistance italienne ce qui est peu connu en France (du moins de moi)
JCC
Revenir en haut Aller en bas
JC Carbonel
Pilier de comptoir


Nombre de messages : 1850
Date d'inscription : 28/08/2007

MessageSujet: Re: J'ai Lu ...leur aventure   Ven 08 Juin 2018, 19:46

L'Affaire Cicéron par L-C Moyzisch ref A44

La curieuse affaire d'espionnage de l'Ambassade Britannique d'Ankara par un valet opérant pour les Allemands, raconté par l'attaché commercial de l'Ambassade d'Allemagne (Wiki indique qu'il était en un agent secret du SD indique Wiki. Mais l'était-il au début de l'affaire ou l'est-il devenu en cours de route?)
En effet, plus que l'affaire d'espionnage elle-même, vue par le petit bout de la lorgnette par Moyzisch qui semble la subir plus que la piloter, ce qui est intéressant ce sont les relations compliquées entre services allemands dont les chefs se détestent cordialement :
Ribbentrop (Ministre des Affaires Etrangères) n'a aucune confiance en von Papen (Ambassadeur en Turquie)
Kaltenbrunner (chef du SD service d'espionnage de la SS) déteste Ribbentrop ET von Papen
Göebbels fait publier un "manuel pour le soldat allemand en Turquie" (qui ne sert à rien puisqu'il n'y a pas de soldats allemands en Turquie) juste pour saboter les efforts diplomatiques de von Papen.

A noter que tout est ciblé sur les Anglais ...rien sur les Russes et les Américains (sauf les réunions avec les Anglais)
p92 : référence (plutôt positive) à Stauffenberg , Canaris et Moltke
p117 : "j'ai toujours pensé que le simple fait de porter un revolver chargé est extrèmement dangereux car il donne à un homme une fausse impression de sécurité" discours que l'on trouvait dès le début des années 30 dans les "Pulp's" de la série Doc Savage....

Difficile de savoir à la lecture de ce livre si Moyzisch est un petit diplomate impliqué dans une affaire qui le dépasse ou si c'est un discours qu'il tient pour se donner une bonne conscience.

Conclusion : affaire étrange qui bien que très connue semble n'avoir jamais vraiment été expliquée. Le wiki donne quelques éléments sur la personnalité de "Cicéron" mais il est bien remarquable que la recherche G.... retourne d'abord des informatuions sur ...le film américain de 1952 !
Revenir en haut Aller en bas
barney le beagle
Pilier de comptoir
avatar

Nombre de messages : 1454
Localisation : Ariège
Date d'inscription : 27/09/2013

MessageSujet: Re: J'ai Lu ...leur aventure   Ven 08 Juin 2018, 20:43

avec en filigrane les superbes fausses Livres Sterling élaborées au camp de sachsenhausen
Revenir en haut Aller en bas
JC Carbonel
Pilier de comptoir


Nombre de messages : 1850
Date d'inscription : 28/08/2007

MessageSujet: Re: J'ai Lu ...leur aventure   Sam 09 Juin 2018, 10:45

"les superbes fausses Livres Sterling élaborées au camp de Sachsenhausen"

oui Moyzisch les mentionne à la fin du bouquin en s'étonnant qu'on ait pu risquer de compromettre une affaire si productive par une magouille de ce niveau (d'ailleurs lui même avait fait vérifier les billets auprès d'un agent de change local...qui n'y avait vu que du feu. J'ai vu quelque part que ce n'est qu'après la guerre que la Banque d'Angleterre s'est aperçu de l'arnaque et selon le Wiki Elyesa Bazna (Cicéron) a été poursuivi en Turquie pour usage de faux billets (alors qu'il n'y était pour rien). Du coup lui a attaqué la RFA pour obtenir le payment en monnaie authentique.

Un petit mystère : le rôle exact de la secrétaire de Moyzisch, qu'il n'apprécie peu mais dont il donne un faux nom (Elizabeth alors qu'elle est connue historiquement comme "Nelly" Knapp . Moyisch n'indique pas non plus le nom de famille...vieux réflexe de diplomate ???)

JCC
Revenir en haut Aller en bas
JC Carbonel
Pilier de comptoir


Nombre de messages : 1850
Date d'inscription : 28/08/2007

MessageSujet: Re: J'ai Lu ...leur aventure   Sam 14 Juil 2018, 11:32

un duel d'aigles par Peter Townsend ref A294 et A295

Des deux volumes j'ai préféré le premier sur la 1e GM et la création et le développement de la RAF qui montre que les magouilles entre chefs qui se détestent et se torpillent mutuellement n'était pas l'appanage de l'armée allemande. Les guéguerres intestines entre RAF et Royal Navy sont bien marquées...avec Churchill comme arbitre.
La création de la Luftwaffe est aussi bien décrite.
Le deuxième volume est plus traditionnelle avec les habituelles moqueries à l'encontre de Göring et les reconstitution de combats (Townsend a rencontré plusieurs des membres d'équipages allemands qu'il pense avoir abattus). Là aussi les bisbilles entre dirigeants de la RAF sur la stratégie à adopter en juin-juillet-août 40 sont bien décrites.

A noter plusieurs scènes aériennes (en particulier quand ils vont à la baille) qui paraissent avoir inspiré le film "Dunkerque" de Nolan

JCC
Revenir en haut Aller en bas
JC Carbonel
Pilier de comptoir


Nombre de messages : 1850
Date d'inscription : 28/08/2007

MessageSujet: Re: J'ai Lu ...leur aventure   Ven 20 Juil 2018, 17:51

La dernière rafale par Peter Henn ref A36/37

Récit très classique de pilote de chasse. L'histoire débute en 1943 en Italie et se finit en Allemagne, sur le "front de l'Est" en 1945. La préface de Jules Roy donne quelques détails biographiques sur l'auteur : il appartint à la JG "Mölders" et perdit l'usage de ses jambes lors de son dernier accident. Capturé par les Russes il fut rappatrié en 1947. Le livre est de 1952 pour la version française. Il existe une version anglaise "the last battle" mais je ne vois pas de version allemande ! Même Peter Henn est obscur : certains prétendent que ce n'est qu'un pseudo... d'autres disent l'avoir rencontré durant les années 60...bizarre tout çà.
Le livre référence son avion comme le "2 jaune" du 3 Groupe. Le parcours indiqué par l'auteur Sicile, Italie, Balkans parait correspondre donc l'affectation à la III / JG 51 parait plausible.
Je note que le Bf109 démarrait avec une clé de contact (page 72). Que le Mosquito était difficilement repérable sur les radars parce qu'étant en bois (page 100), que les unités de Défense du Reich étaient présentées comme des unités suicides (je pense qu'il s'agit ici des Rammjäger de Hajo Hermann.(page 294).
Une curieuse arme secrète (douteuse à mon avis) : l'USAAF aurait monté des fumigènes sous les ailes des bombardiers B-17 / B-24 pour faire croire qu'ils étaient endommagés!

L'un des points intéressant de ce livre c'est qu'il y a assez peu de combats aériens et que dans chaque cas c'est plutôt l'auteur le poursuivi que le poursuivant. D'ailleurs il ne revendique aucune victoire.

JCC
Revenir en haut Aller en bas
Saiun
Pilier de comptoir
avatar

Nombre de messages : 4393
Age : 43
Localisation : Longueville sur Scie(76) mes racines et Ivry(94) boulot, Palaiseau(91) Dodo, Dieppe(76) et Châlons(51) pour les clubs, Montbrisson(42) pour la belle famille et le reste de la france pour les potes!
Humeur : En ce moment, Mi figue, Mi patate, Mi graine... Et encore là, je suis positif...
Date d'inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: J'ai Lu ...leur aventure   Dim 22 Juil 2018, 16:30

JC Carbonel a écrit:
[b]
Une curieuse arme secrète (douteuse à mon avis) : l'USAAF aurait monté des fumigènes sous les ailes des bombardiers B-17 / B-24 pour faire croire qu'ils étaient endommagés!
JCC

Pas forcé... Very Happy Un gus a peut-être eu l'idée, sachant qu'un zinc endommagé valait mieux que rien... Cf adage des pilotes, "Mieux vaut un Probable que de se faire descendre pour un Sûr...!!!"
Après l'idée parait fumeuse (euh, sans jeux de maux... tongue ), mais pourquoi pas... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
JC Carbonel
Pilier de comptoir


Nombre de messages : 1850
Date d'inscription : 28/08/2007

MessageSujet: Re: J'ai Lu ...leur aventure   Jeu 26 Juil 2018, 21:47

Avant-dernier de mon stock, j'espère en trouver de nouveaux à la braderie de Lille.

Combats en mer Pacifique 41/45 par Etienne Romat ref A80 sans date, imprimé en 1964

un livre plus intéressant que prévu : je me suis dit que j'allais avoir Pearl-Harbour, Midway & Co...mais non l'orientation de l'auteur est plus Commonwealth : Singapour, invasion de l'Indonésie, Mer de Corail (et Australiens) et on finit avec le raid du Yamato (la partie la moins intéressante).
Le style d'écriture avec des descriptions poétiques et imagées de la mer et limite caricaturale des officiers japonais (visages de vieil ivoire, petit bouddah en uniforme blanc) rappelle le style de Henri Vernes (Bob Morane).
Au final pas de scoop ni de bizarreries mais un livre agréable à lire...
JCC
Revenir en haut Aller en bas
JC Carbonel
Pilier de comptoir


Nombre de messages : 1850
Date d'inscription : 28/08/2007

MessageSujet: Re: J'ai Lu ...leur aventure   Lun 06 Aoû 2018, 20:56

Donc voici le dernier (pour l'instant j'espère)
les Glières par François Musard ref A193 1971

un récit de la constitution du maquis des Glières, de sa destruction et de la suite pour ceux qui parvinrent à s'échapper. Je pense, sans avoir de preuve, que l'auteur devait être un des maquisards du camp des Glières mais il ne raconte pas cette histoire à la première personne. Seules quelques remarques de type jugement de valeur suggèrent qu'il fut impliqué.
Pas de remarque sur le matériel ...
Conclusion : un livre de résistance assez classique mais intéressant pour une approche de l'évènement majeur que furent les Glières pour la Résistance française.

....
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: J'ai Lu ...leur aventure   

Revenir en haut Aller en bas
 
J'ai Lu ...leur aventure
Revenir en haut 
Page 6 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
 Sujets similaires
-
» J'ai Lu ...leur aventure
» [Collection] "La Folle aventure"
» L'Aventure à Hélice
» Aventure MP3
» Festival Jules Verne Aventure (Paris 2009)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La passion à l'échelle de l'histoire :: Trackstory :: Docs et bouquins-
Sauter vers: